Logo programme jeu pathologique
Logo Centre Dollard-Cormier
centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du centre-est-de-l'île-de-montréal
Auto-évaluation
  1. Vous observez que vous jouez des montants plus importants. Par exemple, avant vous pouviez vous contenter de mettre un 20 $, mais maintenant à moins d’avoir 100 $ vous n’irez pas jouer, car sinon ça devient frustrant.

  2. Vous devenez agité ou irritable lorsque vous essayez de jouer moins ou d’arrêter de jouer. Certains disent se sentir « comme un lion en cage » en pareilles circonstances.

  3. Vous avez déjà essayé de contrôler votre comportement de jeu en diminuant la fréquence et les mises. Peut-être avez-vous tenté de poser des gestes ou encore avez-vous manifesté des regrets en vous disant : « c’est la dernière fois que je perds une si grosse somme, maintenant j’arrête ». Cela témoigne que le jeu devient plus fort, vous perdez le contrôle.

  4. Le jeu prend  trop de  place dans votre tête. Vous pensez à la dernière fois que vous avez joué ou encore à la prochaine fois que vous irez jouer. Vous réfléchissez aux moyens pour obtenir de l’argent. Cette préoccupation pour le jeu peut se manifester soit lorsque vous avez de l’argent ou bien plus régulièrement.

  5. Vous jouez lorsque vous vous sentez mal (sentiments d’impuissance, de culpabilité, anxiété, dépression) ou pour ne pas penser à vos problèmes.

  6. Après avoir perdu de l’argent au jeu, vous tentez de vous « refaire » en retournant jouer une autre journée.

  7. Vous pouvez mentir pour cacher le fait que vous jouez ou pour justifier des absences, des retards et le manque d’argent reliés au comportement de jeu.

  8. Vous avez mis en péril une relation significative, un emploi ou une opportunité de carrière ou d’étude en raison de votre comportement de jeu.

  9. Vous dépendez des autres pour obtenir de l’argent pour vous sortir d’une situation difficile causée par le jeu.

Si vous avez répondu « oui » à certains de ces énoncés et qu’ils génèrent chez vous ou chez votre entourage des préoccupations particulières, nous vous invitons à nous contacter pour mieux cerner les difficultés potentielles.

Si en plus votre comportement de jeu persiste depuis plusieurs mois, vous causant une détresse importante, vous devriez consulter sans attendre pour recevoir de l’aide. Notez que ce questionnaire n’a pas de valeur clinique ou diagnostique et qu’il ne remplace pas l’évaluation par un professionnel.

Appeler pour avoir un rendez-vous est déjà un premier pas important. Nous savons que plusieurs personnes appellent et raccrochent, ou prennent rendez-vous sans se présenter, avant de franchir la porte pour la première fois. Effectivement, il peut y avoir plusieurs obstacles vous empêchant de demander de l’aide. N’hésitez pas à en parler à un intervenant afin qu’on puisse explorer avec vous ces obstacles.

Si vous cherchez ce que vous pouvez faire dès maintenant afin d’en savoir plus le jeu ou si vous voulez poser des gestes concrets pour vous distancer du jeu, les sections Testez vos connaissances et Passez à l’action pourront vous aider.

TESTEZ VOS CONNAISSANCES

Fondation Dollard-Cormier
Faire un don
Ce site a été soutenu
financièrement par
Centre de réadaptation en dépendance de Montréal
Tous droits réservés Centre de réadaptation en dépendance de Montréal – Institut universitaire
Le masculin englobe les deux genres, il est utilisé pour alléger le texte
.
 Conception Drafter.com